Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / PHC Utique franco-tunisien / Tous les projets / Impacts des changements climatiques et des activités humaines sur la qualité des eaux dans le bassin versant du barrage Joumine

Impacts des changements climatiques et des activités humaines sur la qualité des eaux dans le bassin versant du barrage Joumine

PHC : Utique
Codes du projet : 14G1212 -- Campus N° 30675VL
Domaine : Chimie
Intitulé : Impacts des changements climatiques et des activités humaines sur la qualité des eaux dans le bassin versant du barrage Joumine
Porteur(s) : THOMAS Olivier, HABAIED Hamadi
Date de début : 01/01/2014
Date de fin : 31/12/2016

Le bassin versant Joumine est caractérisé par une agriculture intensive et alimente le barrage de Joumine qui rentre dans le plandirecteur des eaux du Nord de la Tunisie visant à mobiliser et à collecter les eaux dans les barrages, pour soutenir la demanded’eau (Saied et Elloumi, 2007). En plus de permettre le stockage de l’eau douce, le barrage Joumine protège la ville et la plaine deMateur contre les inondations, cette zone étant considérée comme grande zone inondable en Tunisie. Les eaux de la retenue dubarrage sont donc destinées : i) à l’approvisionnement en eau potable de la région de Bizerte et du Grand Tunis, ii) àl’approvisionnement en eau agricole de la région de Cap Bon, iii) à l’irrigation de 1700 ha des périmètres irrigués de la plaine deMateur, et iv) à l’apport d’eau douce à l’écosystème Ichkeul en cas de besoin. Les problématiques liées à la qualité de l’eau sontégalement liées aux activités agricoles. D’après la littérature, ce barrage peut être considéré comme eutrophe (Limam et al.,2006). De plus, la présence d’espèces phytoplanctoniques potentiellement toxique a été identifiée (Fathalli et al., 2010 ; 2011). LaSociété Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux (SONEDE) a ainsi suspendu l’exploitation des eaux de ce barrage, quialimentent la station de potabilisation de l’eau de Sidi Mbarek à Mateur, de 2003 à 2006 puis a repris son exploitation pourl’arrêter de nouveau en avril 2012. Un partenariat renforcé entre producteurs et chercheurs dans le domaine de l’eau est impératif,dans un contexte de CC pour concilier entre la disponibilité de l’eau et sa bonne qualité, afin d’éviter des effets néfastes sur lasanté. Cependant l’observation et l’évaluation directe des pollutions diffuses d’origine agricole, en l’occurrence, les pesticides, etpar ailleurs les nitrates, sont très coûteuses dans le contexte local. Il existe des outils directs (la surveillance in-situ de la qualitéde l’eau) ou indirects de quantification des relations causales entre activités anthropiques et impacts environnementaux (lesmodèles hydrologiques et la télédétection multi dates) qui présentent un véritable potentiel dans ce contexte.

Objectifs

Ce projet se propose de contribuer aux connaissances relatives aux effets des facteurs climatiques, tels que les sécheresses etles fortes pluies, sur la qualité des eaux superficielles en milieu agricole dans le bassin versant de Joumine et de développer denouvelles approches de monitoring de la qualité des eaux. L’objectif principal du projet, est donc d’évaluer les conséquences desCC sur le risque de dégradation de la qualité des eaux dans le réseau hydrographique du bassin versant Joumine, notamment auniveau de la retenue dont la vocation principale, outre la protection contre les inondations, étant la desserte de périmètres irriguéset l’alimentation en eau potable. Les objectifs secondaires sont :- l’amélioration des connaissances : sur la variabilité spatio-temporelle de la qualité, mais aussi de la quantité, des eauxsuperficielles (i) en incluant une sélection de micropolluants (tels que les pesticides, dont la réglementation fait l’objet d’un projetde loi en cours d’élaboration), et (ii) à partir d’indicateurs de la qualité de l’eau par mesures in-situ des paramètres physicochimiqueset l’acquisition des spectres UV et (iii) par télédétection,- les actions de protection et de remédiation à envisager.Enfin, ce travail vise à évaluer l’apport des techniques émergentes de monitoring (par exemple basée sur la spectrophotométrieUV développées au LERES (Thomas et Burgess, 2007) et la télédétection, par rapport aux techniques conventionnelles demesure au laboratoire, pour l’étude de la variabilité spatio-temporelle de la qualité de l’eau de surface.

Résultats

NR

Informations supplémentaires

NR

Ecole des hautes études en santé publique

Partenaire français
Rennes
http://www.ehesp.fr/ecole/

Laboratoire(s) ou unité(s) de recherche
Laboratoire d'étude et de recherche enenvironnement et santé LERES


Responsable(s)
Olivier THOMAS - Laboratoire LERES - Rennes - Tél : 0299022921 - Email : estelle.baures@ehesp.fr

Institut National Agronomique de Tunisie

Partenaire tunisien
Tunis
NR

Laboratoire(s) ou unité(s) de recherche
Laboratoire Sciences et Techniques de l’EauLSTE


Responsable(s)
Hamadi HABAIEB - Laboratoire LSTE - Tunis - Tél : 0021671289431 - Email : habaieb.hamadi@yahoo.fr

Impacts des changements climatiques et des activités humaines sur la qualité des eaux dans le bassin versant du barrage Joumine (Tunisie) : Apport destechniques émergentes de monitoring

Cotutelle - These - En cours
Par : Amira BOUKARI
Début de thèse : 01/01/2014
Présenté le : 01/01/2018
A : En cours
Co-directeurs :
  • THOMAS Olivier
  • Ecole des Hautes Etudes en Santé publique, Rennes
  • HABAIEB Hamadi
  • Institut National Agronomique de Tunisie, Tunis

    Conférences et séminaires

    NR

    NR
    NR
    A : NR
    Du : 01/01/2015
    Au : 01/01/2015
    Participants :
    NR

    Appel à projet 2017

    L'appel à projet 2017 pour le PHC Utique est ouvert sur le site de Campus France du 16 février au 18 avril 2016

    PHC 01